Exercer le métier de chauffeur de taxi procure trois possibilités de statut à savoir : artisan, salarié ou locataire. Si l’artisan travaille à son propre compte, le salarié signe un contrat de travail avec un employeur. Quant à la location gérance de taxi, c’est un peu particulier car elle ne fonctionne pas vraiment comme les deux autres statuts.

Location gérance de taxi : comment ça marche ?

Avant de penser à devenir locataire de taxi à Paris, il faudrait commencer par comprendre le fonctionnement du métier. En France, ce statut est moins prisé alors qu’il représente des avantages considérables par rapport au statut d’artisan. Les démarches de gestion sont nettement moins importantes. En tant que chauffeur locateur, on paie un loyer mensuel avec un prix qui dépend du type de véhicule, de la zone géographique, des montants de l’assurance et de l’entretien, etc. Le loueur fixe cette charge car il n’existe pas de réglementation de la part de la législation concernant le montant du loyer. On a à sa disposition un véhicule fourni avec une autorisation de stationnement (licence), elle est obligatoire pour exercer. Concrètement, la location gérance de taxi est conclue à travers un contrat dit « civil » entre le locataire et le loueur. Les deux sont alors inscrits à titre de travailleur indépendant. Ils conservent chacun leur part de recettes (taxées dans la catégorie des BIC). Une inscription auprès de la Chambre des Métiers pour être artisan est réalisable dans divers départements. Pour y voir un peu plus clair, le site slota.net/  partage des informations très utiles.

Les étapes à suivre pour devenir locataire de taxi à Paris

La location gérance de taxi doit passer par quelques étapes clés comme la formation, le permis, le diplôme, la licence, etc. Comme pour le cas d’un conducteur de taxi d’autres statuts, il est indispensable de réunir quelques conditions de base telles que :

–          Etre titulaire du permis B depuis 2 ans ;-     être titulaire du PSC  et détenir un casier judiciaire vierge.

            Par la suite, on doit passer une visite médicale afin de définir les réflexes habituels (ouïe, vue, traitements médicaux, aptitude à la conduite, etc.). Passer le diplôme est la prochaine étape pour pouvoir exercer. Il s’agit du certificat de capacité professionnelle ou CCP taxi. Il est divisé en unité dont on doit obligatoirement valider : 2 unités pour le code de la route et la réglementation propre aux taxis, à la gestion ainsi que deux unités relatives à la réglementation départementale, l’examen de conduite et la connaissance géographique du département.

Lorsqu’on obtient son CCP, il ne reste plus qu’à choisir son statut. Certains peuvent opter pour l’obtention de son Autorisation de Stationnement (ADS). Mais pour intégrer rapidement le marché, le mieux est de devenir locataire de taxi à Paris (louer une licence).

Les avantages et les inconvénients du statut de taxi locataire

Devenir locataire de taxi à Paris requiert la connaissance des avantages mais également des inconvénients du statut pour éviter les mauvaises surprises. Après avoir franchi toutes les étapes nécessaires pour être locataire gérant de taxi, les avantages sont assez nombreux : on n’a pas à payer directement ses cotisations sociales car ce sera au loueur de le faire. On est alors considéré comme un salarié. On n’a pas non plus à payer sa licence car elle est prodiguée avec le véhicule en location. Pour les inconvénients, on n’est pas protégé par le droit de travail et le loyer risque d’être exorbitant.